«Je n’irai plus au Bélarus avant la fin de la dictature.»

On peut être soit pour soit contre le régime, dit Lana Disler, une bélarusse vivant à Berne. La Suisse doit adhérer aux nouvelles sanctions de l’UE.

Interview «Der Bund», 12/06/2021

La soi-disant interview avec un militant  de l’opposition bélarusse Roman Protasevich a choqué le monde entier. Comment comprenez-vous son «aveu»?

Qu’entendez-vous par « comprendre »? Je n’ai jamais été dans une situation pareille.  Personne n’a le droit de le condamner. Ce qui a été présenté comme une interview est scandaleux.

Avez-vous regardé cette interview entièrement?

Non, je n’aime pas regarder des scènes de torture. L’avocat de Protasevich ne l’a pas vu depuis une semaine, et subitement cette «interview» est diffusée. Tout le monde s’accorde à dire que c’est la preuve des crimes d’Alexandre Loukachenko.

A qui s’adresse cette mise en scène?

A des personnes au Bélarus qui n’ont pas une position claire.  Je ne pense pas qu’il y en ait beaucoup. Mais nombreux sont ceux qui n’osent pas exprimer leur opinion. Il est évident pour moi qu’il n’est plus possible d’être neutre.  Vous êtes soit pour soit contre le régime.

Qui sont donc les électeurs de Loukachenka?

Ce sont des gens qui sont soit complètement dénués de sens critique, soit qui tirent un quelconque avantage du régime.

L’UE et les États-Unis ont immédiatement imposé des sanctions.  Certains y voient une sorte de détournement de la relation de l’Occident avec le régime.

Cela est perceptible au Bélarus même. De nombreux prisonniers politiques se sont récemment vu proposer de déposer une demande de grâce – avec la perspective d’être libérés. Cependant chaque jour le nombre de prisonniers politiques augmente aussi que celui de condamnations des détracteurs du régime.  L’ampleur de la répression a énormément augmenté. Il y a actuellement environ 500 prisonniers politiques dans le pays. Plus que jamais dans son histoire.

Natalia Hersche, une Suissesse condamnée à plus de deux ans de prison, a-t-elle eu la possibilité de demander la grâce?

Vraisemblablement oui. Mais elle avait dit auparavant qu’elle ne demanderait la grâce. Elle a même interdit à ses proches de faire une telle demande en son nom. Certains commentaires dans les médias suisses ont écrit qu’elle était elle-même responsable du fait qu’elle se soit rendue au Bélarus. Ces commentaires m’ont surprise. Ils présentent une fausse logique car ils acceptent l’injustice au Bélarus.

Pourquoi Mme Hersche refuse-t-elle de demander la grâce?

Elle considère sa peine comme arbitraire et injuste. Mais on peut comprendre les prisonniers qui demandent maintenant grâce. Les conditions de détention sont inhumaines.

Pourquoi la possibilité de déposer un recours en grâce est-elle envisagée à ce moment précis?

Cela est dû aux sanctions imposées par l’UE et les États-Unis.  À l’automne, à la suite de la répression des manifestations contre la fraude électorale, des sanctions ont été introduites contre des représentants du régime et des entreprises affiliées à l’État.  Mais les nouvelles sanctions, notamment celles imposées par les États-Unis, sont très dures.

Lors des manifestations post-électorales, Hersche a apparemment décidé que le moment était venu. Pourquoi n’est-il pas venu?

Il y a déjà eu des protestations avant. Mais pour beaucoup, les manifestations post-présidentielles étaient pour la première fois associées à de grands espoirs de changement. De nombreux bélarusses en Suisse pensaient pouvoir prendre tout de suite  un avion pour célébrer à Minsk.  Je ne peux pas dire pourquoi on n’en est pas arrivé. Les gens dans le pays décident eux-mêmes de quoi ils sont prêts. Bien sûr, je voulais aller au Bélarus comme Mme Hersche. Mais je ne peux pas partir pour des raisons familiales.

Pourquoi l’opposition n’a-t-elle jamais eu recours à la violence, comme à son époque en Ukraine?

Ils veulent montrer qu’ils sont différents du régime. Je ne saurais dire si cela conduira au succès. En Ukraine, malgré un soulèvement fin novembre 2013, le président de l’époque Viktor Ianoukovitch n’a pris la fuite que fin février 2014. Il y a un grand espoir au Bélarus qu’un cygne noir arrive, que quelque chose se passe et que tout ira bien.

Que doit faire l’opposition maintenant?

Difficile à dire. L’opération offensive du régime cherchant la grâce montre que les sanctions occidentales contre les grandes entreprises fonctionnent.  Mais le changement de régime ne peut pas venir de l’extérieur.

L’enlèvement de Protasevich a montré que personne n’est en sécurité, à l’étranger non-plus. N’avez-vous pas peur?

Si je devais avoir peur en Suisse, qu’arriverait-il aux gens au Bélarus?  Je ne suis pas une personne si importante pour que mes proches soient menacés et soumis à du chantage, même si la police est venue voir ma mère. J’ai également décidé de ne plus aller au Bélarus jusqu’à la fin de la dictature.

Combien de temps devrez-vous attendre?

Que ce soit des semaines, des mois ou un an, je ne sais pas. Je n’ai pas vu ma famille depuis deux ans.

Pourquoi vous considérez-vous comme «pas si important»?

S’il existe une liste de personnes qui critiquent le régime, mon nom n’est certainement pas en première ligne. Il y a beaucoup de gens à l’étranger que Loukachenko considère comme ses ennemis personnels.  A cause de moi, aucun avion ne disparaîtra du ciel.

Qu’est-ce que la police voulait de ta mère?

Ils me cherchaient. Cela s’est produit après le rassemblement de l’association biélorusse-suisse Razam.ch avec la participation de 150 personnes et de la chef de l’opposition Svetlana Tikhanovskaya en mars de cette année à Genève, auquel j’ai également assisté. Pendant ce temps, le régime a élargi le champ d’observation de l’opposition en exil à la diaspora biélorusse critique dans son ensemble.

Comment avez-vous perçu Mme Tikhanovskaya?

Nous avons le même âge. Mais ce qu’elle a vécu au cours de la dernière année est inimaginable pour moi. Elle est le visage du mouvement démocratique et son mari est en prison depuis plus d’un an. De grands espoirs sont mises sur elle. Elle subit une pression énorme.

Elle a pris la décision d’être candidate pour les élections présidentielles.

À l’époque, je pense qu’elle n’avait aucune idée de ce qui allait se passer.  Elle ne pensait pas qu’elle serait autorisée à soumettre sa candidature. Je pense que la commission électorale ne l’a fait que pour se moquer d’elle.

Est-elle présidente élue?

Oui.  Je faisais partie d’un groupe qui a interrogé des personnes au bureau de vote de l’ambassade du Bélarus à Muri. C’était une action mondiale des migrants bélarusses. Il faisait très chaud et nous sommes restés là de huit heures du matin à huit heures du soir. Les chiffres étaient évidents non seulement à Berne, mais aussi dans d’autres capitales européennes, ainsi qu’au Bélarus même. Deux jours plus tard, l’ambassade à Muri a publié un rapport qui correspondait à peu près à nos sondages: 84 % des électeurs de Berne ont voté pour Tikhanovskaya.

Avez-vous été détenus devant l’ambassade?

Il n’y avait que des remarques du personnel de l’ambassade que trop de gens avaient rassemblés. Mais ce ne faisait pas partie de nos obligations de maintenir l’ordre.

L’UE va probablement durcir ses sanctions. La Suisse est retenue. Cela ne vous ennuie pas?

Je suis assez surprise. Mais la Suisse n’a jamais été leader en matière de sanctions contre le régime. Elle a toujours essayé de rester plus ou moins neutre. En décembre et mars, elle a rejoint deux paquets de sanctions à la suite de la condamnation de Hersche. Depuis, il ne s’est rien passé.

La Suisse a ouvert une ambassade à Minsk l’année dernière.  Loukachenka a reçu le ministre des Affaires étrangères Ignazio Cassis.

Cela a probablement surpris non seulement les bélarusses,mais aussi de nombreux Suisses. Ce qui se cache derrière cela, on ne peut que le deviner.  En avril, le ministre bélarusse des Affaires étrangères s’est rendu en Suisse.

L’association Razam.ch a fait des demandes au Conseil fédéral après l’enlèvement de Protasevich. Qu’attendez-vous?

Nous voulons que la Suisse promeuve les sanctions de l’UE et fasse tout son possible pour libérer Natalia Hershe. Elle est maintenue sans contact avec le monde extérieur depuis un mois maintenant, et elle ne se sent pas bien.  Nous n’avons pas encore reçu de réponse du Conseil fédéral.

Les entreprises suisses investissent massivement au Bélarus: Stadler Rail a une usine avec 1 500 employés, Nestlé maintient l’activité commerciale.

Un entretien avec Roman Protasevich, semblable à un interrogatoire, a même été interrompu par une publicité de Nestlé.

N’est-il pas répréhensible que Nestlé soutienne le diffuseur public?

Oui, bien sûr. Nous avons également envoyé une lettre à Nestlé.  Mais ils n’ont pas répondu, tout comme ils n’ont pas répondu aux demandes des médias jusqu’à présent.

Comment les entreprises suisses doivent-elles réagir à la répression?

Ils pourraient prendre clairement position contre la violence et les arrestations.

Outre Razam.CH, il existe également l’Association d’amitié Suisse-Bélarusse qui est présidée par l’ancienne conseillère nationale de la joint-venture Margrethe Keener Nellen. La connaissez-vous?

Cette association a probablement été initiée par l’ambassade dans le but de créer une bonne volonté politique et culturelle. Je ne connais pas un seul  bélarusse en Suisse qui serait membre de cette association.

Loukachenka a remis la commande à Mme Keener Nellen. Elle ne veut pas s’éloigner de lui parce qu’elle ne l’a pas accepté physiquement.

Il me semble étrange que Mme Keener Nellen ne se distancie pas du prix.

Quelle était votre position par rapport au régime au Bélarus?

J’habitais au Bélarus jusqu’en 2012. À l’époque, je travaillais pour une organisation non gouvernementale pendant mes études.  Nous voulions faire un journal pour les jeunes. De nouvelles instructions d’enregistrement apparaissaient constamment. Pendant une courte période, plusieurs pages sont apparues dans le journal local avec des textes plutôt apolitiques de jeunes. Mais toute organisation qui n’est pas associée à l’État est considérée comme oppositionnelle. Cette organisation n’existe plus.  Mais la situation politique n’était pas la raison de mon départ du pays.  Je me suis marié et j’ai déménagé en Suisse.

Comment s’est développée votre activité en Suisse?

En plus de la répression associée aux élections présidentielles, l’impulsion a été la situation avec le Coronavirus au Bélarus. Le régime a longtemps ignoré le Covid et a abandonné le peuple. La distribution des masques et la prise en charge des malades relevaient en grande partie de la responsabilité de la société civile.

 Quelle est la situation avec le Coronavirus aujourd’hui?

Il y a probablement des points de vaccination.  Mais la distribution est chaotique. Chaque jour, le nombre de personnes infectées et de décès est publié, et ils sont à peu près les mêmes: 8 à 10 décès, environ 800 à 1 000 infectés. Les statistiques de mortalité pour l’année écoulée n’ont pas encore été publiées. Les nombres sont aussi un outil d’arbitraire. Les statistiques indépendantes sont interdites.

La maison vous manque?

Ma famille et mes amis me manquent.

Source: https://www.tagesanzeiger.ch/ich-reise-erst-wieder-nach-belarus-wenn-die-diktatur-vorbei-ist-259690839816
Bernhard Ott, Tamedia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *