Lettre au Conseil fédéral sur la situation actuelle en Bélarus

Forch, 28.05.2021

Monsieur le Président de la Confédération,
Madame la Conseillère,
Monsieur le Conseiller,

Nous, membres de l’association bélarusse-suisse RAZAM.CH, nous adressons à vous à propos des derniers événements au Bélarus, qui affectent directement la sécurité régionale en Europe et qui concernent la Suisse en tant qu’État, ainsi que les citoyens et résidents de la Suisse.

Détournement d’avion de l’UE et son lien avec la Suisse

Le 23 mai 2021, les autorités bélarusses ont saisi un avion de Ryanair effectuant le vol vers Vilnius et l’ont forcé à faire un atterrissage d’urgence à Minsk en raison de la fausse alerte à la bombe. Le chasseur MIG-29 de l’armée de l’air bélarusse a accompagné l’avion civil jusqu’à l’aéroport de Minsk. Lorsque 126 passagers de différents pays sont descendus de l’avion, la police bélarusse a arrêté le journaliste de l’opposition et blogueur Raman Pratasevich, ainsi que sa petite amie de 23 ans, Sofia Sapega. Les deux font maintenant face à des accusations criminelles.

Après l’incident, les autorités bélarusses ont publié un certain nombre de déclarations contradictoires, dans lesquelles elles ont accusé l’organisation palestinienne Hamas de l’alerte à la bombe. Alexander Lukashenko, le président illégitime qui a truqué sa propre réélection en 2020 et refuse de renoncer au pouvoir, a déclaré dans un discours du 26 mai que l’alerte à la bombe venait de Suisse. Il n’a pas fourni plus de détails, mais plusieurs autres responsables ont précédemment déclaré que la menace provenait de l’adresse du portail suisse ProtonMail.

La situation autour des prisonniers politiques, y compris le cas de la citoyenne suisse Natallia Hersche

Nous continuons de recevoir des nouvelles de Natallia Hershe, qui purge une peine de 2,5 ans dans une prison bélarusse pour avoir participé à une manifestation pacifique en septembre 2020. Ces dernièressemaines,ilyaeudessignesévidentsdepressionsurNatalliaetsafamilleauBélarus. Les autorités bélarusses ont annulé, sans raison valable, la visite prévue à la prison du frère de NatalliaHenadz Kasian. De plus, le 25 mai 2021, l’appartement de Henadz a été perquisitionné par la police -ilestmaintenantpoursuividansuneaffairepénale. NouspensonsqueHenadzaétécibléenraison de ses liens familiaux avec Natallia. Nous sommes également préoccupés par le fait que les autorités bélarusses tentent de briser psychologiquement Natallia et d’empêcher la communauté internationale de recevoir des informations sur l’état de Natallia.

Nous sommes bien conscients des conditions dans les prisons bélarusses et de l’approche «spécial» humiliantdesprisonnierspolitiques,doncl’étatdeNatallianousinquièteénormément. Lasemaine dernière, le prisonnier politique de 50 ans, Vitold Ashurak, condamné à 5 ans de prison pour avoir participé à des manifestations pacifiques en 2020, est décédé subitement en prison dans des circonstances douteuses, probablement d’une insuffisance cardiaque. La famille de Vitold a annoncé qu’il n’avait pas de problèmes cardiaques avant d’être emprisonné.

Arrestations massives de journalistes indépendants et blocage d’un important portail d’information indépendant

Le 18 mai 2021, les autorités bélarusses ont fait irruption dans les maisons des rédacteurs en chef et des journalistes du portail le plus utilisé du Bélarus TUT.BY, qui couvre 63% des internautes bélarusses . La police a également fouillé le bureau et a bloqué l’accès au site Internet. Le même jour, la direction et les journalistes de TUT.BY et d’autres agence d’information et d’hébergement Web (15 personnes au total) ont été arrêtés et sont toujours en prison ou assignés à résidence.

Nous y voyons une attaque directe contre la liberté d’expression et une tentative de restreindre la diffusion d’informations non censurées au Bélarus et au-delà. Depuis les élections de 2020, des dizaines de médias indépendants ont été fermés ou bloqués, et les autorités continuent de harceler les autres médias, les journalistes et blogueurs.

Autres problèmes liés au Bélarus affectant la réputation de la Suisse

Nous recevons les demandes de commentaires suivantes sur des questions liées au Bélarus et à la Suisse, qui pourraient nuire à la réputation de la Suisse, en particulier après les événements récents:

  • La Suisse n’a pas adhéré à la Déclaration conjointe sur la situation des droits de l’homme au Bélarus du 21 mai 2021, publiée au nom des 37 États participants de l’OSCE, qui met en évidence la détérioration de la situation des droits de l’homme au Bélarus.
  • Le Boing 767 EW-01PB officiel, propriété du gouvernement bélarusse, qui transporte habituellement Loukachenka et sa famille, a passé environ deux semaines à l’aéroport de Bâle en mai 2021. Il avait déjà été vu à l’aéroport de Bâle fin août 2020 (à la suite d’une élection contestée et d’une répression des manifestations). Les autorités bélarusses ont refusé de commenter les raisons de la présence de l’avion à l’aéroport de Bâle.

Résumé general

Il y a un an, le 29 mai 2020, les autorités bélarusses ont arrêté Sergueï Tikhanovsky, le mari de Svetlana Tikhanovskaya, leader de l’élection présidentielle de 2020. Ce n’était que le début de répressions à grande échelle contre l’opposition de Loukachenka. Cela a été suivi d’une répression massive par les forces de l’ordre- elles ont réprimé les manifestations de rue et ont envoyé les dirigeants de l’opposition en prison ou en exil. Au cours de l’année, plus de 30 000 personnes ont été arrêtées, plus de 2 300 poursuites pénales ont été engagées contre l’opposition. Actuellement, il y a 426 prisonniers politiques officiellement reconnus au Bélarus. Malgré son ampleur, ce problème était considéré par beaucoup comme celui essentiellement interne au Bélarus jusqu’à récemment. Mais la situation s’est aggravée, et maintenant Loukachenka est une menace pour la sécurité régionale en Europe.

PAR CONSÉQUENT, NOUS APPELONS LE GOUVERNEMENT SUISSE À UNE ACTION URGENTE À L’ÉGARD DU BÉLARUS POUR PROTÉGER LES VALEURS DE LA DÉMOCRATIE, PRÉVENIR l’HARCÈLEMENT DES CITOYENS DU BÉLARUS ET DE LA SUISSE ET PRÉVENTION DES MENACES RÉGIONALES POUR LA SÉCURITÉ

Nous exhortons le gouvernement suisse à s’associer à d’autres pays dans les domaines suivants:

  • Utiliser toutes les pressions politiques possibles pour libérer Natalia Hershe, Roman Pratasevich, Sofia Sapieha et d’autres prisonniers politiques et pour mettre fin à la persécution des militants de l’opposition au Bélarus;
  • Mener une enquête sur le détournement de RayanAir et les circonstances affectant la Suisse et d’autres pays, et publier une déclaration de la position ferme de la Suisse à cet égard;
  • Participer à une enquête indépendante sur tous les cas enregistrés de violations des droits de l’homme et assurer la sécurité des citoyens bélarusses et internationaux blessés;
  • Adopter de nouveaux paquets de sanctions contre Loukachenka et son entourage (la Suisse est à la traîne de l’UE et des États-Unis à cet égard et doit rattraper son retard et élargir sa liste de sanctions);
  • Refuser la reconnaissance politique d’Alexandre Loukachenko et de son gouvernement et indiquer clairement au Bélarus, à la Russie et aux autres gouvernements, ainsi qu’aux entreprises qui coopèrent avec ou soutiennent les autorités bélarusses, que tout accord conclu avec le gouvernement de Loukachenka sera invalide et sera annulé;
  • Geler des investissements, prêts et autres soutiens financiers pour les initiatives et projets du gouvernement du Bélarus, des banques et des entreprises bélarusses avec la participation de l’État afin d’empêcher la réorientation de ces contributions pour financer les violations des droits de l’homme et les activités terroristes;
  • Exiger des entreprises internationales, et en particulier des entreprises suisses (telles que StadlerFranck Muller et Nestlé) faisant des affaires au Bélarus, qu’elles se conforment à leurs obligations en matière de droits de l’homme et exercent une diligence raisonnable sur leurs activités commerciales au Bélarus et les activités de leurs partenaires commerciauxbélarusses pour s’assurer qu’ils ne contribuent pas à des violations des droits de l’homme;
  • Renforcer le soutien à la société civile bélarusse, aux médias indépendants et aux militants réprimés.

Nous vous serions reconnaissants de bien vouloir répondre aux questions soulevées dans cette lettre et de décrire le plan d’action du gouvernement suisse qui va au-delà de l’observation de la situation. Si nécessaire, nous serons heureux de fournir notre point de vue et de discuter plus en détail des étapes et actions possibles.

Fondant nos espoirs sur la capacité de la Suisse à faire bouger les choses et à œuvrer pour les droits humains, nous vous remercions de tout ce que vous voudrez bien entreprendre en la matière et vous prions de croire, Monsieur le Président de la Confédération, Madame la Conseillère, Monsieur le Conseiller, en l’expression de notre profonde gratitude et de notre respectueuse considération.

Cordialement votre,
Association RAZAM.CH

Source: Bern.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *