Lettre aux représentants permanents des États membres et observateurs du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies

Nous saluons chaleureusement et approuvons pleinement cette initiative visant à sensibiliser davantage les représentants des États membres et observateurs du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies au niveau et à l’ampleur des violations flagrantes des droits de l’homme qui se poursuivent au Bélarus et continuent de se détériorer ces jours-ci. Le niveau sans précédent de répressions contre les manifestants pacifiques, les journalistes, les avocats, les défenseurs des droits de l’Homme et d’autres nombreux représentants de la société civile et leurs familles nécessitent en effet une réponse internationale forte et sans ambiguïté.

La situation des droits de l’Homme au Bélarus, la solidarité et l’aide aux nombreuses victimes de la répression, ainsi que la coopération avec la société civile et les initiatives de la base ont toujours été au cœur de notre activité. Nous sommes donc heureux de cosigner cette lettre et espérons que notre voix commune sera entendue sur la scène internationale.

Nous remercions toutes les associations et organisations de défense des droits de l’Homme impliquées dans la préparation et la diffusion de cette lettre jointe.

Vos Excellences,

Nous, les associations soussignées et les organisations de défense des droits de l’homme, demandons au Conseil des droits de l’homme de créer un nouveau mécanisme facilitant le processus de responsabilisation pour les violations des droits de l’homme au Bélarus.

La situation des droits de l’homme au Bélarus s’est encore détériorée en février 2021. Cette détérioration doit être considérée dans le contexte des graves violations des droits de l’homme commises par les autorités à la veille de l’élection présidentielle de 2020 et au lendemain de l’élection présidentielle de 2020, pour lesquelles il n’y a pas eu de responsabilité, et à la lumière du rapport du Haut Commissaire à la 46e session du Conseil des droits de l’homme, indiquant «des schémas chroniques de longue date de violations systémiques et d’impunité». Cette nouvelle situation alarmante exige que le Conseil agisse pour mettre en place un nouveau mécanisme concernant le Belarus.

Nouvelle détérioration des droits de l’homme en février

Le rapport du Haut Commissaire décrit «une crise des droits de l’homme d’une ampleur sans précédent au Bélarus». Les autorités continuent de commettre de vastes violations des droits de l’homme, y compris contre des personnes qui ont participé à des manifestations publiques, dénoncé la nécessité de nouvelles élections ou soutenu ceux qui réclamaient un changement. Ils ont ciblé des défenseurs des droits humains, des journalistes, des témoins d’abus de la police, des artistes, des syndicalistes, des avocats, des étudiants et d’autres militants. Les autorités bélarusses continuent de se heurter à la condamnation internationale avec de nouvelles attaques contre leurs propres citoyens.

Les développements de ces dernières semaines marquent une escalade significative. Celles-ci comprenaient des raids contre certaines des organisations civiques indépendantes les plus respectées du pays. Le 16 février 2021, la police a effectué une descente et perquisitionné le bureau central de l’Association bélarusse des journalistes et les deux bureaux de Minsk du Centre des droits de l’homme Viasna, ainsi que le bureau de Viasna à Mahilioŭ. La police a également perquisitionné le bureau central du Syndicat bélarusse indépendant des travailleurs de la radio et de l’électronique REP.

Les autorités ont également procédé à des perquisitions au domicile ou dans les bureaux de plus de 40 défenseurs des droits humains, journalistes et leurs proches à Mahilioŭ, Brest, Viciebsk, Homieĺ, Mazyr, Rečyca, Baranavičy, entre autres villes. Des rapports ont fait état d’un recours excessif à la police contre des individus tandis que la police saisissait des téléphones, des ordinateurs, de l’argent, des cartes de crédit et même des tablettes numériques et de l’argent pour enfants. Dans la plupart de ces cas, les descentes et perquisitions font partie d’une enquête criminelle dans laquelle le gouvernement assimile à tort le travail légitime des journalistes et des défenseurs des droits humains au financement de troubles de masse.

Ces dernières semaines ont également été marquées par un large ciblage des journalistes. Deux journalistes, Katsyaryna Bakhvalava et Darya Chultsova, ont été condamnées à deux ans de prison le 18 février pour n’avoir fait que documenter les manifestations pacifiques de novembre.

Ils font partie des nombreuses personnes qui ont été condamnées à plusieurs années de prison à la suite de procès inéquitables, uniquement pour avoir exercé pacifiquement leurs droits humains. Beaucoup d’autres font l’objet de poursuites pénales et de nombreux rapports font état de violations des droits des détenus. Il s’agit notamment d’être détenu dans des conditions insalubres froides et exiguës malgré la menace de Covid, tout en utilisant simultanément Covid pour interdire la réception de colis du monde extérieur.

L’exercice est sévèrement restreint, les soins médicaux sont souvent refusés et l’accès à l’hygiène de base est limité, y compris pour les femmes menstruées.

Le mépris des Nations Unies

L’Office des droits des personnes handicapées (ORPD) est un groupe indépendant faisant l’objet d’une enquête pénale sur des accusations forgées de toutes pièces relatives à des délits financiers. Son directeur est assigné à résidence dans le cadre de l’enquête et un avocat qui a travaillé avec le groupe est en détention provisoire. En réalité, cette enquête semble venir en représailles au travail légitime du groupe en faveur des droits de l’homme, y compris sa coopération avec le Bureau des Nations Unies à Minsk. L’ORPD est un proche partenaire du Bureau des Nations Unies et n’a fait que mener à bien son travail de bonne foi dans le cadre de ce partenariat.

Dans le même temps, les autorités bélarusses poursuivent leur non-coopération intransigeante avec les procédures spéciales des Nations Unies et les mécanismes de notification mandatés. Le Rapporteur spécial sur le Bélarus continue de se voir refuser la possibilité de s’entretenir directement avec les autorités ou de se rendre dans le pays.

Le rapport du Haut Commissaire décrit plus d’une décennie de non-respect par le Bélarus des divers mécanismes des droits de l’homme des Nations Unies, y compris des recommandations critiques des organes conventionnels des Nations Unies. Presque toutes les recommandations du tout premier rapport du Rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des droits de l’homme au Bélarus au Conseil des droits de l’homme en 2013 (A / HRC / 23/52) n’ont toujours pas été suivies et sont donc pertinentes aujourd’hui.

Le mandat du Rapporteur spécial des Nations Unies reste un mécanisme essentiel pour le suivi à long terme de la situation au Bélarus. Cependant, le Conseil des droits de l’homme doit améliorer sa réponse pour répondre aux besoins de la crise actuelle, en particulier pour garantir la responsabilité. Rien n’indique que le gouvernement du Bélarus a l’intention de donner suite aux recommandations répétées du Haut-Commissaire, des procédures spéciales et d’autres mécanismes des droits de l’homme pour le Bélarus afin de garantir la responsabilité des violations des droits de l’homme commises dans le cadre de son élection présidentielle.

Le Bélarus n’est pas membre d’un organe régional des droits de l’homme, comme le Conseil de l’Europe, qui aurait pu contribuer à offrir des moyens de rendre des comptes. Il est donc essentiel que le Conseil des droits de l’homme, en tant que principal organe mondial des droits de l’homme, fasse preuve de leadership pour faciliter un processus de responsabilisation grâce à la création d’un nouveau mécanisme capable de diriger

d’identifier les auteurs et de les obliger à rendre des comptes. Ce mécanisme doit comporter les éléments suivants:

Un mandat pour collecter, préserver et analyser les violations des droits de l’homme et, si possible, identifier les responsables;

Un mandat pour fournir des orientations et des recommandations sur l’accès à la justice et la responsabilité pour les violations des droits de l’homme;

Complémentarité avec les initiatives régionales existantes et menées par la société civile pour documenter les violations graves.

Nous vous remercions de votre attention et serions heureux d’avoir la possibilité de fournir des informations complémentaires sur la situation des droits de l’homme au Bélarus.

Veuillez agréer, Vos Excellences, les assurances de notre très haute considération,

Signé:

Amnesty International

Article 19

Barys Zvozskau Maison biélorusse des droits de l’homme

CIVICUS: Alliance mondiale pour la participation citoyenne

Défenseurs des droits civils

FIDH – Fédération internationale des droits de l’homme

Fondation de la Maison des droits de l’homme

Human Rights Watch

Institut des droits de l’homme de l’International Bar Association (IBAHRI)

Commission internationale de juristes (CIJ)

Confédération internationale des syndicats (CSI)

RAZAM.CH (Association suisse-biélorusse)

Organisation mondiale contre la torture (OMCT)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *