L’histoire du drapeau national bélarusse

Bien que le drapeau national biélorusse ait apparemment été inconnu par la majorité des Suisses jusqu’à récemment, ses couleurs sont immédiatement familières car elles sont identiques à celles du drapeau Suisse: Blanc et rouge. En général, cette combinaison vive est extrêmement courante dans l’héraldique européenne, et l’Europe de l’Est ne fait pas exception. Au cours des siècles passés, le cavalier argenté sur le champ rouge – le blason de la Pahonia – était un symbole du Grand-Duché de Lituanie, qui incluait entre autres les terres bélarusses. On retrouve la même combinaison de couleurs dans les armoiries du Royaume de Pologne voisin. Ainsi, la région a vu de nombreux drapeaux blancs et rouges différents à différentes époques – et avec des rayures et des armoiries, ainsi que le soi-disant drapeau de Saint-Georges – une croix rouge dans un champ blanc.

« Bataille d’Orsha », un cadre avec les drapeaux de Saint-Georges

Il n’est donc pas surprenant qu’il y a environ un siècle, lorsque le mouvement bélarusse s’est intensifié, les deux mêmes couleurs aient été choisies comme symbole. La broderie folklorique a peut-être aussi contribué à la popularité de cette combinaison. Les dessins du nouveau drapeau ont été réalisés par Claudius Duzh-Dushevsky. Il a choisi l’une des variantes proposées et, à la fin de 1917, lors du premier congrès de la République du Bélarus, le drapeau blanc-rouge-blanc n’avait pas de rival en tant que symbole des bélarusses.

Claudius Dusz-Dushevsky, auteur du dessin du drapeau

L’année suivante, en 1918, il devint le drapeau national de la République populaire de Biélorussie nouvellement proclamée.

Carte postale de 1920

L’idée d’une nouvelle république n’a pas trouvé d’écho auprès de ses voisins plus forts, de sorte qu’un État bélarusse séparé ne pouvait être fixé sur la carte et que les terres bélarusses ont rapidement été divisées entre la Pologne et l’Union soviétique. Dans les deux États, le drapeau blanc-rouge-blanc n’a pas été oublié. Pour la République du Belarus, l’Union soviétique a proposé une version des armoiries basée sur un drapeau blanc-rouge-blanc – mais sans succès. En Pologne, le drapeau a été utilisé par tous les partis politiques bélarusses, des démocrates-chrétiens aux communistes en passant par les écoles bélarusses, jusqu’en 1939, date à laquelle l’Union soviétique a conquis ces territoires.

Dessin tiré d’un journal, 1926

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le drapeau bélarusse – comme beaucoup d’autres drapeaux européens – a été utilisé par des collaborateurs locaux. Cet épisode relativement court est activement utilisé par la propagande du régime de Loukachenko pour associer le drapeau à des opinions extrémistes. En même temps, on ignore apparemment que la même affirmation peut être faite pour de nombreux drapeaux d’État modernes, du français au russe. Il convient également de mentionner que Claudius Duzh-Dushevsky, le créateur du drapeau blanc-rouge-blanc, a été placé dans un camp de concentration pendant la guerre pour avoir aidé les Juifs et pourrait être suspecté de sympathiser moins que quiconque avec les nazis.

Timbre biélorusse de 1992

Dans la période de l’après-guerre, les symboles soviétiques ont longtemps dominé l’espace public. Dans les années 1980, alors que le contrôle idéologique en Union soviétique s’affaiblissait, le drapeau blanc-rouge-blanc – comme tout ce qui concerne la République populaire de Biélorussie – a rapidement gagné en popularité auprès de nouvelles organisations culturelles et politiques. En 1991, lorsque le Bélarus a obtenu son indépendance, le drapeau national est devenu le drapeau de l’État. Quelques années plus tard, avec l’arrivée au pouvoir de Loukachenko, la situation que nous voyons aujourd’hui s’est développée : le retour de l’État aux symboles soviétiques et la poursuite agressive de toute alternative. D’une certaine manière, ce sont les années de persécution qui ont fait du drapeau blanc-rouge-blanc un symbole idéal pour les protestations en 2020 et ont rendu souhaitable son retour dans les bâtiments de l’État.

« Printemps de Minsk » 26 avril 1996

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *